Entrez votre adresse courriel pour suivre ce blogue et recevoir un message lors d'une nouvelle publication.

Joignez-vous à 155 autres abonnés

Humanum 3 : Comprendre l’homme et la femme

Humanum 3

Humanum 2 : Le berceau de la vie et de l’amour

humanum 2(Sous-titres français absents au début de la vidéo)

Humanum, partie 1

Ces jours-ci (17, 18 et 19 novembre), le Vatican tient un colloque interreligieux international sur la complémentarité de l’homme et de la femme.

Le but de ces conférences est de trouver des façons nouvelles et créatives de parler aux gens là où ils sont. Pour cette occasion, une série de vidéos ainsi qu’un site internet sublime ont été créés. Voici la première vidéo de cette série :

Humanum(Sous-titres français disponibles)

Peu à peu, la théologie du corps intègre en profondeur les enseignements et les méthodes d’enseignement de l’Église. Évangéliser par la beauté! Voilà pour moi tout ce que signifie la théologie du corps. Et pour cela, l’art (la peinture, la sculpture, la vidéo, la musique, la photo…) joue un rôle irremplaçable!

Dans le même mouvement, je commencerai prochainement une série d’articles : la théologie du corps dans l’art.

Humanum, Rodin

Les prêtres et la théologie du corps

prêtre

play

L’être humain dans le plan de Dieu

Affiche

SYNODE SUR LA FAMILLE: Un mari musulman et une femme catholique

« Un mari musulman et une femme catholique, comment l’amour construit la famille »

(Témoignage de Mme Jeanette Touré)

famille de Jeanette Touré

Eminences, Excellences,
Révérends Pères, Révérendes Sœurs,
Chers amis Auditeurs de la 3ème Assemblée Générale Extraordinaire du Synode des Evêques,

C’est une évidence pour nous chrétiens de dire que c’est Dieu qui a conçu l’idée de la famille et qu’en le faisant, il nous a donné plusieurs principes dans sa parole concernant sa structure, ainsi que le rôle que doit jouer chaque membre. Il me paraît donc raisonnable de penser qu’Il est le mieux placé pour nous montrer comment doivent fonctionner toutes les familles afin d’éviter les précipices qui les détruisent. Cependant, une question mérite de retenir notre attention.

Qu’est-ce que la famille, mieux, doit-on encore parler de la famille au singulier ?

La question mérite d’être posée quand on sait que de nos jours, la famille moderne est bousculée par l’augmentation des divorces, la chute des mariages, le nombre croissant des enfants nés hors mariage. Que dire, quand on voit tout autour de nous, l’extrême diversité des modèles familiaux: familles monoparentales, familles recomposées, familles à fidélités’ successives, familles éclatées, communautés’ de familles, familles homosexuelles… Est-ce bien cela la famille selon le cœur de Dieu ?

A la vérité, la famille telle que voulue et aimée de Dieu est la seule qui se doit : « homme et femme il les créa afin qu’ils fécondent la terre et soient heureux» Gn 1, 27. Et à ce titre, elle se doit d’être image et ressemblance de Dieu partout où elle se trouve. Elle doit être, pour son entourage, porteuse de la Bonne Nouvelle du Salut par son témoignage de’ vie. Pour nous, en tant que couple mixte, ce thème : « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » est d’autant plus important qu’il s’applique à notre réalité : comment un homme, un musulman et une femme, une chrétienne catholique qui se sont aimés il y a de cela un peu plus de 52 ans, et qui continuent de s’aimer encore aujourd’hui, peuvent-ils être témoins de l’évangile pour leurs enfants, pour leur entourage, pour leurs amis, pour leurs différentes communautés religieuses ?

Notre contribution à ce thème voudrait être notre témoignage de vie : 52 années de vie commune dans la tolérance, le respect mutuel de nos croyances, dans le soutien l’un de l’autre, dans l’éducation chrétienne de nos enfants (qui sont tous baptisés à l’Eglise catholique et ce avec l’accord de mon époux), tout cela en accueillant les joies reçues du Seigneur et en gardant beaucoup d’espérance au cœur des difficultés. De cette union sont nés 5 enfants et 6 petits enfants à qui nous avons inculqué nos valeurs de respect de l’autre dans la différence et à qui nous avons donné la foi.

Merci à mon époux qui a accepté que nos enfants soient tous catholiques. Eux aussi à leur tour essayent d’être porteurs de la Bonne Nouvelle autour d’eux. La famille, particulièrement la famille africaine a le devoir de témoigner de sa foi dans son milieu de vie et dans son entourage. C’est aussi un défi quand on connaît le poids de nos traditions. Nos choix et nos décisions doivent aider notre entourage à mieux connaître, accepter et aimer Dieu.

En face des modèles pas toujours reluisants, il nous faut affirmer qu’il y a un optimal à rechercher pour le bonheur de tous et de chacun et que la famille étant le lieu d’une attente considérable, il en résulte, que notre monde a besoin de modèles sur le plan de la famille comme dans bien d’autres domaines. Devant donc toutes ces menaces qui pèsent lourdement sur la famille, il me paraît urgent, que les familles reviennent à leur mission à savoir que :

- La famille est le lieu où l’on peut être soi-même et, enlever son masque sans être jugé ; le lieu où l’on apprend à avoir confiance en soi grâce au regard admiratif et en même temps lucide que les parents portent sur leur progéniture. Elle est le lieu où l’on vit l’amour au quotidien, où l’on échappe à la solitude, où l’on apprend à partager, à s’épanouir pleinement.

- La famille est le lieu où la vie sociale s’apprend en douceur et où l’on fait l’apprentissage de la différence ; le lieu où l’on transmet les valeurs. C’est que la famille doit favoriser la communication entre ses membres, pour devenir le lieu où l’amour doit se dire et la tendresse paternelle, notamment, doit s’exprimer.

Vous le savez certainement, la construction d’une famille nécessite un engagement généreux des époux dans cette formidable aventure, un défi lancé au temps par la décision de vivre la fidélité, un pari fait sur l’amour sans regarder en arrière et en prenant les moyens de rester fidèle, en cessant de songer à son unique épanouissement et à son unique confort.

De même, vous remarquerez que les familles dont les contours sont imprécis, où chacun fait ce qu’il veut et pense d’abord à lui, ne vont pas très loin, tout comme les familles totalitaires, c’est-à-dire, ces familles qui prétendent se suffire à elles-mêmes.

A la vérité, il s’agit pour les familles aujourd’hui, de s’engager au service de la cité, d’entrer dans des associations, d’entrer en relation avec Dieu. Et c’est là tout le défi que nous avons à relever tous ensemble.

Je vous remercie.

 

Source : © Zenit.org

Colloque inaugural de l’Institut de Théologie du Corps

Colloque ITC, novembre 2014
Cliquez sur l’image pour plus d’informations.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 155 autres abonnés