Théologie du corps .com

Accueil » La théologie du corps au jour le jour » La théologie du corps au jour le jour, n° 33

La théologie du corps au jour le jour, n° 33

(30 juillet 1980)

• En considérant la femme uniquement comme un objet dont il prend possession, et non pas comme un don, l’homme se condamne à devenir à son tour un objet pour la femme. La femme ressent plus profondément que l’homme ce manque d’unité, elle en est aussi plus souvent victime.

• Dès l’origine, l’homme aurait dû être le gardien de la communion qu’il vit avec la femme. Si la communion a été confiée aux deux, l’homme a toutefois une responsabilité particulière dans l’accueil de la femme comme don et il dépend beaucoup plus de lui que soit maintenue la réciprocité du don. (Le contraire consiste à extirper le don de la femme.)

L’homme et la femme sont appelés dans le mariage à s’appartenir l’un à l’autre. Les mots éternels d’amour « mon…, ma… » indiquent un rapport de don mutuel. La concupiscence fait que cette appartenance réciproque est dépouillée de la dimension du don et devient un rapport de possession de l’autre. L’autre devient un objet de jouissance pour moi. Or, le don dans son essence exclut la jouissance égoïste.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :