Théologie du corps .com

Accueil » La théologie du corps au jour le jour » La théologie du corps au jour le jour, n 35

La théologie du corps au jour le jour, n 35

(13 août 1980)

« Il a été dit : “Tu ne commettras pas l’adultère” »

• Le Christ, dans son Discours sur la Montagne se réfère directement à la Loi donnée à Moïse (Mt 5, 27). Jésus veut redonner à la Loi reçue de Dieu sa pleine signification.

• Le Christ s’oppose à l’interprétation que le peuple juif a fait de la Loi en permettant la polygamie. Au lieu de chercher la volonté de Dieu au sujet du mariage, le peuple juif au cours des siècles a soumis la loi à ses propres faiblesses.

• L’adultère est compris comme une atteinte au droit de propriété de l’homme à l’égard de toute femme qui est son épouse selon la loi, et non tel qu’il se révèle du point de vue de l’unité de l’homme et de la femme voulue par Dieu.

• Lorsque Jésus défend la femme adultère contre ceux qui voulaient la lapider, tout en réprouvant son péché (Jn 8, 11),  il renvoie ses accusateurs à leur propre conscience (Jn 8, 7). Tout en suivant de manière extérieure la loi – et punissant sévèrement ceux qui y dérogent –, eux-mêmes l’ont cependant détournée de son vrai sens. Dans la conscience de l’homme se trouve le vrai sens de la loi.

Jésus et Marie Madelaine dans La Passion du Christ,


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :