Théologie du corps .com

Accueil » La théologie du corps au jour le jour » La théologie du corps au jour le jour, n° 36

La théologie du corps au jour le jour, n° 36

(20 août 1980)

• Le droit matrimonial de l’Ancien Testament permettait la bigamie et même la polygamie, l’institution de concubines prisonnières de guerre ou esclaves. La loi, tout en combattant sévèrement le péché, le contenait en elle-même et protégeait même les « structures sociales du péché ».

Le Christ redonne son sens au commandement de Dieu contre l’adultère en dépassant l’étroitesse de la loi ancienne.

• Même si en théorie, les lois condamnaient également l’homme et la femme, dans la pratique, la femme était injustement traitée avec plus grande sévérité.

• Le langage de l’ancienne législation est un langage objectivant, considérant même jusqu’à un certain point ce qui est sexuel comme « impur ». La vie sexuelle est objectivée et ordonnée selon un ordre social extérieur plutôt que selon l’ordre du cœur.

• À côté du langage des docteurs de la loi, le langage des prophètes parle également de l’adultère que le peuple a commis envers Dieu. Dieu étant comparé à un Époux, la trahison du peuple envers Dieu se compare à la trahison que la femme commet envers son mari. Le langage des prophètes doit nous aider à comprendre ultérieurement le vrai sens de l’adultère.

Marc Chagall - Moïse recevant les tables de la Loi, 1966


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :