Théologie du corps .com

Accueil » Non classé » Échos du Congrès International de Philadelphie

Échos du Congrès International de Philadelphie

En juillet dernier, j’ai eu le très grand plaisir de participer au Congrès International de Théologie du corps (International Theology of the Body Congress) qui s’est tenu à Philadelphie du 9 au 11 juillet sur le thème Amour, Miséricorde et la Nouvelle Évangélisation. J’y animais une table ronde, avec une courte communication, sur le thème de la théologie du corps dans le monde. Chaque continent et 12 pays étaient représentés durant ces trois jours.

Tables

Ce congrès faisait suite à quatre symposiums européens sur la théologie du corps qui se sont tenus à Gaming (Autriche) en 2007, Maynooth (Irlande) en 2009, London (Angleterre) en 2011 et Fatima (Portugal) en 2013, tous sous l’impulsion de Peter Colosi (Ph.D.) qui le premier lança l’idée d’un congrès international en Amérique. Ces grandes rencontres permettent aux meilleurs chercheurs et à différents intervenants de se réunir afin d’approfondir leur compréhension de la théologie du corps et unir leurs efforts pour diffuser celle-ci dans leurs milieux.

 

Pendant trois jours, une multitude de thèmes ont été abordés : l’art, la famille, l’éducation, l’adolescence, le divorce, les thérapies de couple, le nouveau féminisme, la pornographie, l’homosexualité… Un sentiment ressortait unanimement chez les participants comme les conférenciers, que la théologie du corps constitue une clé essentielle, sinon la clé de la nouvelle évangélisation. La théologie du corps a en fait un pouvoir énorme d’évangélisation. Comme me disait Peter Colosi, lors de la table ronde que j’animais, la théologie du corps fait spontanément des évangélisateurs, parce que les gens ont confiance dans le message qu’ils portent, ils savent que ce message a le pouvoir de changer leur vie. L’expérience est la même pour tous, ils ont été frappés par la beauté de cet enseignement (en particulier les méditations de Jean-Paul II sur l’origine) et ils veulent communiquer à leur tout cette beauté.

 

Plusieurs conférenciers ont réfléchi durant le congrès sur ce que la théologie du corps comporte de véritablement nouveau. Trois aspects en ressortaient :

– D’abord, la théologie du corps en s’inscrivant dans la tradition représente en même temps un développement authentique de la doctrine du mariage, par rapport à saint Augustin et saint Thomas d’Aquin et à l’enseignement officiel de l’Église jusque là[1].

– De plus, celle-ci aborde des questions morales avec un nouveau langage. C’était là une nécessité qu’avait vue le concile Vatican II et que Paul VI n’avait peut-être pas réalisée dans son encyclique Humanae vitae.

– Enfin, la théologie du corps présente d’une manière entièrement nouvelle une synthèse entre l’enseignement moral et les vérités de la foi : tout ça à travers le mystère de la masculinité et de la féminité, de notre création comme hommes et femmes. Pour beaucoup de fidèles, leur réaction lorsqu’ils découvrent la théologie du corps est : « Enfin, je vois le lien ! »

Christopher West

Malgré cela, la théologie du corps reste encore trop peu connue à l’intérieur même de l’église. C’est presque sans surprise qu’on a appris que 70% des évêques ne connaissaient pas la théologie du corps. Or, plusieurs prêtres ont témoigné avoir découvert le sens profond de leur vocation grâce à la théologie du corps. De plus, nous parlons souvent de la crise des « vocations » dans l’Église. Or, on constate que c’est là où la théologie du corps est le mieux intégrée (là où la vocation est présentée dans un sens large, en incluant le mariage), qu’il y a le plus de nouvelles vocations au célibat consacré et à la prêtrise. La théologie du corps a aussi permis le développement ou la croissance de nombreux ministères auprès des divorcés, des personnes avec un attrait homosexuel, des mères ayant subi un avortement, des couples en difficulté…

 

Le jeudi soir, cinq prix (Theology of the Body Awards) ont été remis à des gens qui de manière exceptionnelle ont travaillé à la diffusion de la théologie du corps.

– Le père Alan Boisclair de l’archidiocèse de Vancouver donne depuis 2007, et à temps plein depuis 2010, des formations sur la théologie du corps pour les prêtres, les éducateurs, les jeunes, et travaille également à implanter la théologie du corps dans la préparation au mariage. Le père Boisclair a un ministère tout à fait unique puisqu’il est le seul prêtre en Amérique du Nord et en Europe à enseigner à temps plein la théologie du corps.

Brian Butler travaille auprès des adolescents et des jeunes adultes. Il est co-fondateur de DumbOx ministries, anime les camps Echo et a travaillé sur plusieurs programmes de formation pour adolescents (Theology of the Body for Teens ; Theology of the Body for Teens : Middle School Edition ; Chosen.)

Peter Colosi et son équipe ont organisé quatre symposiums européens sur la théologie du corps. Comme chercheur professeur, il a également aidé à faire connaître la pensée de Jean-Paul II dans les milieux philosophiques et théologiques grâce à de nombreuses communications et articles scientifiques.

– Depuis 1991, les Sœurs de la Vie (Sisters of Life) incarnent quotidiennement « l’évangile de la vie » grâce à leur centre pour femmes enceintes en besoin, des retraites de guérison après un avortement ainsi qu’une multitude d’activités pour les jeunes et les familles : un ministère entièrement infusé de la théologie du corps.

Ronald D. Feher et Katharine M. Fehrer sont mariés depuis 45 ans, parents de 10 enfants, et depuis 40 ans travaillent ardemment à faire connaître la pleine vision de l’Église sur le mariage, à travers catéchèses, conférences, retraites et livres. Dans les vingt dernières années, ils ont intégré la théologie du corps dans leurs conférences, leurs retraites et leurs ateliers et témoignent comment la théologie du corps, même après toutes ces années, a transformé leur propre vie de couple de famille.

 

Jason et moi, 300 Brian et moi, 300 Courtney et moi, 300

(Avec des amis, Jason Clark, Brian Butler et Courtney Brown… remarquez le même sourire gêné sur les trois photos!)

 

 

[1] Pour la conférence en anglais de Peter Colosi sur le développement de la doctrine sur le mariage dans la théologie du corps : http://peterjcolosi.com/


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :