Théologie du corps .com

Accueil » Entre nous » Entre nous : Pourquoi je commence à m’inquiéter de mon mariage

Entre nous : Pourquoi je commence à m’inquiéter de mon mariage

WEB_MyriamAlex-95

Je serai franc, pour tous ceux qui nous connaissent Myriam et moi. Voilà un an que nous sommes mariés, et justement, notre mariage commence à nous inquiéter.

 

Il y a un ou deux mois encore, nous sentions cela venir. Voilà, tout le monde ne nous disait-il pas : « après un an, vous verrez… ». Pourtant, notre amour semblait aller à merveille, et précisément, cela commençait à nous inquiéter. Il y a dix jours, nous fêtions notre premier anniversaire de mariage, dans une auberge de Baie-St-Paul. Le lendemain, premier jour de la deuxième année, je me suis réveillé et « boom », ça m’a frappé : « Je trouve Myriam toujours belle ! » Là j’ai compris que ça allait mal. Myriam et moi avons eu une autre journée splendide, nous nous sommes étreints devant des paysages à couper le souffle, nous avons rit en prenant une marche près de la plage, et chanté ensemble dans la voiture… peut-être avions-nous mal réglé nos montres…

 

Mais peu à peu ça s’est imposé à nous… nous nous aimions toujours ! Nous commencions sérieusement à nous inquiéter, peut-être n’étions-nous pas normaux. Aussi, notre vie sexuelle devrait être depuis un moment éteinte… eh bien croyez-moi ou pas… il n’en n’est rien.

 

Devions-nous laisser les choses aller, attendre que ça vienne, ou devions-nous volontairement chercher à blesser l’autre, afin que notre mariage ressemble à celui dont tout le monde parle.

 

À dire vrai, je trouve cette étrangeté de notre mariage plutôt plaisante !

 

J’espère par ces propos ne blesser aucun couple, aucune personne, qui n’a pas eu la même chance dans la vie. Mais nous entendons partout un discours si pessimiste quant au mariage. Est-il possible d’aimer quelqu’un toute sa vie ?… Je ne dis pas rester avec la même personne, mais aimer, vraiment, et être heureux avec la même personne jusqu’à la fin (et doit-il y avoir une fin) de ses jours. Je crois que c’est non seulement possible, mais je crois que pour ce qui est de l’amour, c’est la seule voie du bonheur.

 

Je n’ai encore qu’un an de mariage et peut-être ne devrais-je pas enseigner à des gens qui ont des années d’expérience (et de blessures) de plus que moi. Simplement, une chose que j’ai vite compris, c’est que ça prend beaucoup d’humilité dans un mariage et reconnaître que je n’ai pas ce qu’il faut pour aimer Myriam. Et même, je ne suis pas celui que cherche Myriam (!). Reconnaître que nous avons des limites, et même énormément de limites, est la première chose dont nous avons besoin pour savoir aimer quand cela nous dépasse et pour savoir aimer à long terme.

 

Avouons-le, ce que nous cherchons d’abord dans l’amour, lorsque nous tombons amoureux, ce n’est pas aimer, mais être aimé. Et c’est ce que l’autre espère aussi, être aimé… Deux personnes qui attendent l’une de l’autre, qui espèrent désespérément l’une de l’autre, être chéries, honorées, respectées, être aimées totalement et pour toujours. Deux personnes qui n’ont rien à donner.

 

Et donc, aimer commence quand je comprends que ce que l’autre a besoin, que ce que l’autre mérite, que l’autre espère, est d’être aimé inconditionnellement et définitivement, et que je choisis de lui donner cela. Beaucoup de gens refusent de se marier parce qu’ils veulent être libres de partir si les choses vont mal… Je comprends leurs craintes et en même temps, il faut le dire, cela n’est pas l’amour. Mais nous sommes tous comme ça, plutôt que de vouloir radicalement aimer et risquer être blessé dans cet amour, nous voulons recevoir, recevoir l’amour.

 

Ainsi, aimer commence lorsque j’accepte que l’autre a besoin de moi. Mais doit arriver tôt où tard le moment où je comprends que je suis incapable de donner cet amour que l’autre mérite. Pourquoi ?… Parce qu’au fond, je veux être aimé, parce qu’à quelque part, en moi, je doute d’être aimé, parce qu’à un moment dans ma vie on ne m’a pas donné cet amour que je méritais. Ainsi, je ne suis pas capable de donner, parce que je veux encore. Je veux qu’on me donne, et j’ai peur qu’on ne me donne pas. Et là on arrive à une impasse. Une impasse insurmontable… Pour nous.

 

Comment se sortir de cette impasse ? Cela est impossible pour nous. Et il faut le réaliser, il faut l’accepter, il faut laisser descendre cette vérité au plus profond de nous : nous ne savons pas aimer. Et quand deux personnes se regardent et comprennent qu’ils n’ont rien à se donner, qu’ils n’ont rien à attendre l’une de l’autre… alors commence l’amour ! Alors je peux aimer vraiment, sans demander en retour, puisque je sais que l’autre n’a rien à m’offrir. Alors jaillit la source de l’amour. J’aime, non pas pour moi, mais pour l’autre, sans rien pouvoir attendre de l’autre. Je l’aime, faible comme il est, pareil à moi. Il faut en quelque sorte mourir pour que l’amour, que nous n’avons pas connu jusque là, soudain jaillisse.

 

Ce désespoir, cette souffrance de ne pas être aimé, cette mort… un homme l’a connu. Nous n’avions rien à lui donner, rien. Mais il nous a aimé, au point d’accepter de souffrir et de mourir pour nous. Un homme seul n’aurait pas pu faire ça. Aucun être humain ne le peut. Celui qui meurt sur la croix n’est pas un homme ordinaire mais, en plus d’être un homme, il est la source même de l’Amour. Il est cette source dont je parlais qui jaillit quand j’accepte d’aimer sans retour.

 

Quand je comprends que je n’ai pas l’amour dont Myriam a besoin, elle non plus pour moi, mais que Dieu seul peut me donner cet amour que je veux lui donner ; quand je comprends que je ne suis pas celui dont Myriam ultimement a besoin, mais que le plus grand cadeau que je peux lui faire, en me donnant en elle, est de lui donner Dieu… alors je permets à Dieu de venir en moi et d’aimer, celle qu’au fond, du plus profond de mon cœur blessé j’aime.

 

 

Je t’aime Myriam

et je veux t’offrir encore plein d’années de bonheur,

une vie entière de bonheur,

et l’éternité

auprès de celui qui t’aime infiniment mieux que moi !


2 commentaires

  1. Nancy Simard dit :

    Wow, wow , wow, .Quel beau message qui m’a touché en plein coeur ! Après 16 ans de mariage et 18 ans et demi avec mon conjoint, il y a eu énormément de tempêtes, de bonheur aussi! Et d’entendre cela aujourdh’ui , renouvelle mon espérance en mon mariage ! Merci Alex d’aimer ta femme parce que c’est simplement Dieu qui l’aime en toi ! Je crois que je t’ai rencontré l’an passé à la session nationale des cellules d’évangélisation à Ste-Élisabeth avec Don Pigi. Et ce soir c’est à nouveau la session annuelle qui commence à Ste-Élisabeth. (du 25 au 28 sept. ) Je pense que cela serait bien que tu viennes nous parler de la théologie du corps à notre maison de la foi (au presbytère de Ste-Élisabeth ). Félicitations à vous deux et continuer votre beau cheminement de foi !!!!! Donne-,moi en des nouvelles !

    • alexdeschenes dit :

      Merci beaucoup pour ce chaleureux commentaire! Oui, ça me ferait plaisir de venir partager la théologie du corps chez vous. Vous pouvez m’écrire à alexd.tdc@gmail.com, je vous envoie aussi par courriel mon numéro de téléphone. Si vous voulez une date avant la fin 2014, il faudra faire vite, disons que ça se book vite!
      Content que cet humble témoignage vous ait touché. Il ne faut pas cesser de prier pour votre mariage et reconnaître que nous sommes bien pauvres… je ne connais pas votre situation, mais parfois décider d’aimer, c’est aussi s’approcher de Jésus sur la croix. Je vous souhaite tout le bonheur possible, nous aurons le plaisir de nous reparler.

      Alex

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :